Simeon Solomon, Bacchus, 186

Anarchie sexuelle, fin de siècle, II

Icônes de masculinité

L'homme moderne porte le noir, abandonnant à la femme les artifices du beau vêtement. Le degré d'évolution d'une civilisation se mesurant, affirment alors les sciences, à la capacité des sexes à se distinguer.

 

Dans ce contexte, comment expliquer l'engouement pour une esthétique androgyne ?

L'homosexualité fait peur; elle est affirme-t-on, une forme de dégénérescence psychique que les gouvernants eurent tôt fait d'assimiler à un comportement criminel.

 

Or, cette époque célèbre autant qu´elle condamne l´ambiguïté sexuelle masculine; la peinture fin de siècle se prêtant en premier lieu au jeu des confusions hypocrites.

 

On passera en revue quelques unes des grandes figures androgynes de  l'époque, dont les peintures de Simeon Solomon et les illustrations du livret de Salomé d´Oscar Wilde par le brillant Aubrey Beardsley.

 

 

 

 La puissance de l'art au coeur du numérique       adh@artdhistoire.com

  • Instagram Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon