top of page

Le Réalisme au XIXe siècle 

 ou les conséquences d’un nouveau rapport à la réalité sur les arts visuels

1 Ornans Enterrement.jpg
Courbet et la politique 

La qualification réaliste est attribuée à des œuvres aussi diverses que la statuaire romaine, la peinture de la Renaissance, les sculptures constructivistes ou les assemblages Nouveaux Réalistes. Face à la plasticité du terme, le réalisme des positivistes doit être défini.

Le Réalisme au XIXe

L'enfant du positivisme triomphant

Contexte philosophique et intellectuel

Styles et sujets réalistes 

Courbet, 
peintre politique ?

1. De la réalité aux réalismes

Contexte philosophique et intellectuel 

Quel rapport entretiennent les positivistes du XIX avec la réalité ? Posture à comparer à celles des platoniciens et post-structuralistes. 

2. La représentation de la mort 

Peinture et sculpture religieuse

Le credo du réaliste étant que seul l'observé est matière à traiter, le surnaturel est exclu de la liste des sujets possibles. En conséquence, la peinture religieuse se concentre sur les représentations du culte plutôt que sur les représentations divines ; apparaît un genre nouveau, la représentation du décès, caractérisée par une approche presque médicale de la finitude de l’homme.

3. Un cri de ralliement 

« Il faut être de son temps! »

Un tableau de corrélation à deux variables, sujet et style, peut schématiser la problématique soulevée par être ou ne pas être de son temps : le sujet sera ancien ou contemporain et le style académique ou réaliste.  

Lorsque le sujet est ancien et le style réaliste, la peinture se présente en reconstitution photographique et archéologique de scènes d’un passé inobservable. A l'inverse, lorsque le sujet est contemporain (l'électricité, le percement du canal de Suez, la locomotive) et le style académique, la peinture ou la sculpture semblent inaptes.

Bibliographie Linda Nochlin, Realism, Style and Civilisation, Penguin books,1973

Études iconographiques en anglais

bottom of page