Photographie et peinture, I

Klimt
Photographie, II

La naissance de la photographie

Mise en danger et discorde

Assimilation et réconciliation

Cette conférence repose en grande partie sur les recherches d'Aaron Scharf et visualise quelques 200 images comparées de peintures et photographies d'époque.

1. La naissance de la photographie

Trois techniques de reproduction mécanisées d'images (daguerréotype, calotype et cliché-verre) apparurent au cours des années 1840-1850. Chacun de ces procédés mérite d'être identifié et son aventureuse histoire retracée ; simples faits historiques peut-être mais trop souvent délaissés par les grands narratifs officiels de l'histoire de l'art. Sans ces éléments, aussi factuels soient-ils, les révolutions picturales de la seconde partie du XIXe ne peuvent être sérieusement appréhendées.

https://youtu.be/NlALamsQY38

2. Mise en danger et discorde

Presque immédiatement après son invention, l´impression photographique fit trembler le monde des peintres dessinateurs et graveurs ; le perfectionnement incessant du nouveau procédé, toujours plus objectif et  plus rapide accule les deux favoris de nos académies: peintres de portraits et peintres d´Histoire. Les premiers disparurent ou presque, les seconds s´adaptèrent en reniant leurs modèles. Seuls survivront à cette révolution technologique les plus grands artistes… au prix toutefois d´une mise à jour de leurs critères et références esthétiques; la photographie déteignant indéniablement sur la peinture, aussi créative fusse-t-elle.

 

Démonstration à partir de 80 peintures - Alma-Tadema, Hunt, Vernet, Gérôme et Manet - comparées aux photographies de Nadar Fenton Hill.

https://youtu.be/qwkl9lwy5GA

3. Assimilation et réconciliation

S'il est un domaine où photographies et peintures convergent vers une esthétique commune, c’est bien dans la représentation du paysage. Côté français, paysagistes peintres ou photographes partagent un même goût pour la nuance, l’atmosphère et la lumière dont hériteront les Impressionnistes ; tandis que leurs homologues anglais affectionnent un très victorien goût pour le détail, lequel en retour exaspéra la critique française. Pour finir, il est important de noter que le photomontage et les défauts inhérents à la photographie viendront peu à peu s'immiscer dans le travail pictural des peintres anglais en particulier de Millais.

Démonstration à partir de 70 peintures et photographies comparées.

https://youtu.be/4yRhPFaCPYs

Étude iconographique en anglais

 La puissance de l'art au coeur du numérique       adh@artdhistoire.com

  • Instagram Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon